Page 15 - 2016 DIRT FrenchDec13
P. 15
Les animaux d’élevage non traditionnels
L’augmentation des communautés ethniques au Canada et la demande accrue de produits diversifiés incitent les agriculteurs, particulièrement dans l’Ouest du Canada, à élever moins d’espèces traditionnelles au profit des espèces non traditionnelles. La Saskatchewan, par exemple, se classe au premier rang des provinces productrices de sanglier; de plus, elle suit l’Alberta de près pour ce qui est de la production de bison, de wapiti et de cerf15. Ces animaux sont principalement élevés pour leur chair, mais le bois de velours du wapiti et du cerf est également utilisé dans la fabrication de médicaments holistiques qui sont exportés dans les pays du Pacifique. Les lamas et les alpagas sont élevés pour leur laine, laquelle est généralement considérée comme étant aussi douce que le cachemire.
l’élevage de poIssons
L’aquaculture ou l’élevage de poissons est une forme d’agriculture aquatique. L’aquaculture convient bien au Canada. Non seulement le Canada a le plus long littoral au monde, il a également les plus grandes réserves d’eau douce ainsi que la plus importante amplitude de marée.
L’aquaculture contribue à l’économie de toutes les provinces et du Yukon. Elle génère environ deux milliards de dollars en activité économique et crée plus de 14 500 emplois tout au long de la chaîne agroalimentaire. Les deux tiers des travailleurs dans ce secteur ont moins de 35 ans. L’aquaculture canadienne produit annuellement 174 000 tonnes de poissons et fruits de mer.
Les pisciculteurs canadiens produisent plus d’une douzaine d’espèces de poissons et crustacés. Les principales espèces sont le saumon, la truite arc-en-ciel, l’omble de l’Arctique, les moules et les huîtres. Le Canada produit également des palourdes et des pétoncles, mais en moins grande quantité.
Qu’en est-il de l’élevage des animaux à fourrure?
Le commerce de la fourrure existait avant même que le Canada devienne un pays et il demeure, à ce jour, un secteur important de l’économie. Il contribue pour 800 millions de dollars à l’économie canadienne et procure un revenu à plus de 65 000 Canadiens, dont de nombreux autochtones et autres personnes vivant en région rurale ou éloignée. En plus des 60 000 trappeurs, l’industrie emploie 2 000 personnes dans le secteur de l’élevage,
2 500 dans le secteur manufacturier, 2 500 dans le secteur du commerce de détail et 1000 autres dans des services connexes.
Les exportations de fourrure ont augmenté de 33 % au cours des six dernières années. Les principaux importateurs sont la Chine, les États-Unis, la Russie et l’Union européenne.
Près de trois millions de peaux sont produites chaque année au Canada (deux millions d’entre elles sont issues de l’élevage). Le vison est le principal animal à fourrure élevé en captivité, suivi du renard et du chinchilla. Pour ce qui est des animaux trappés, on retrouve surtout le rat musqué, le castor, le raton laveur, le coyote et la marte.16
coMbIen pèsent-Ils?
On nous pose souvent des questions sur la taille ou le poids des animaux d’élevage. Voici le poids moyen des mâles de certains animaux (les femelles pèsent un peu moins).
Les chevaux
Même si les chevaux ne sont pas des ruminants comme les vaches et les cerfs, ils s’accommodent très bien d’une alimentation composée d’herbe, de foin, d’avoine, de maïs et d’orge. Au besoin, ils peuvent même se contenter d’herbe sèche, de broussailles et de feuilles d’arbres. Au Canada, la plupart des chevaux sont élevés à des fins récréatives, mais il y en a encore beaucoup qui aident les cowboys à surveiller et à déplacer le bétail dans les ranchs.
Cheval quarterhorse
ADD GRAPHICS 544 kg HERE
Dwane Morvik
Éléphant d’Afrique
7,425 kg
La vérité au sujet de l’agriculture	13
northern ontario Aquaculture Association
Poulets
2,2 kg
Dindons
12 à 14 kg
Porc
100 kg
Mouton
70 à 125 kg
Veau de grain
320 kg
Veau de lait
225 kg
Wapiti
420 à 600 kg
Bovin de boucherie
680 kg


































































































   13   14   15   16   17