Page 26 - 2016 DIRT FrenchDec13
P. 26
Qu’en est-il de la résistance aux antibiotiques chez les humains?
Les antibiotiques sont des traitements de première ligne. La résistance aux antibiotiques est un phénomène naturel causé par leur utilisation, qu’elle soit justifiée ou abusive, en médecine humaine
et vétérinaire. Certaines bactéries exposées à un antibiotique peuvent survivre et devenir résistantes au traitement. C’est pourquoi il est important que les antibiotiques soient utilisés prudemment, afin qu’ils continuent à être efficaces pour traiter les humains et les animaux pendant de nombreuses années à venir.
La résistance aux antimicrobiens est une préoccupation qui touche tout le monde. Certains jettent le blâme sur l’agriculture; pourtant, nous avons tous un rôle important à jouer dans la prévention de la résistance aux antibiotiques. Nous devons recourir aux antibiotiques seulement pour traiter les maladies pour lesquelles ils sont efficaces et suivre la posologie à la lettre. Les agriculteurs respectent ce principe lorsqu’ils administrent ces produits à leurs animaux. Il s’agit d’un sujet très complexe et des recherches extrêmement importantes portant sur la résistance se poursuivent, tant en médecine humaine qu’en médecine vétérinaire.
Wayne Riley
parlons de l’usage d’antIbIotIques
Les agriculteurs et les vétérinaires se préoccupent beaucoup de la santé des animaux. Une crise grave en santé animale peut faire périr tous les animaux d’une ferme et même tous ceux d’une industrie, en plus de causer de la souffrance aux animaux. Pensez à votre propre animal de compagnie. Vous lui donnez de bons aliments et vous l’amenez chez le vétérinaire pour le garder en santé. Les agriculteurs veulent eux aussi garder leurs animaux en santé. Un logement approprié, une bonne hygiène, une alimentation saine et des mesures de biosécurité font partie des stratégies qu’utilisent les agriculteurs pour assurer et améliorer la santé de leurs animaux.
Les antimicrobiens sont des médicaments qui luttent contre les infections microbiennes. Les antibiotiques en sont un type. En agriculture, nous utilisons les antibiotiques pour les raisons suivantes :
1.Traiter 2. Prévenir
3. Contrôler 4.Promouvoir
lesanimauxlorsdel’éclosiond’unemaladie;ontraitealorslessujetsatteints ou tout le troupeau, selon ce qui est approprié.
les maladies communes et récurrentes, surtout pendant les périodes de stress pour les animaux. Par exemple, chez les porcs, ils sont utilisés au moment du sevrage des porcelets ou lorsque les risques d’exposition à des maladies sont élevés comme lors de l’introduction dans un même enclos de porcs de différents groupes ou différentes fermes.
les maladies. Les antibiotiques aident à réduire la propagation des maladies à d’autres animaux.
lasantégénéraleetlacroissance.Lesantibiotiquespeuventêtreutiliséspour améliorer l’écosystème du tractus intestinal afin d’améliorer l’absorption des éléments nutritifs.
Plus tôt cette année, Santé Canada et les fabricants de médicaments vétérinaires ont convenu de retirer les allégations de stimulation de la croissance qui apparaissaient sur les étiquettes d’importants médicaments antimicrobiens qui sont ajoutés aux aliments ou à l’eau d’abreuvement. En outre, la surveillance vétérinaire pour ces produits sera renforcée.
Les agriculteurs font preuve de prudence avec les antimicrobiens; d’ailleurs, la plupart de ces produits sont sous surveillance vétérinaire. Les antimicrobiens sont dispendieux et les agriculteurs tentent de minimiser leur usage lorsqu’ils le peuvent. Lorsque leur utilisation est justifiée, les antimicrobiens sont soit administrés aux animaux atteints à petites doses, soit incorporés à l’alimentation ou à l’eau d’abreuvement. Des chercheurs explorent également d’autres traitements possibles.
Tout nouveau médicament vétérinaire doit respecter les normes strictes de Santé Canada en matière de sécurité humaine et animale. Les études sur les nouveaux médicaments vétérinaires doivent maintenant comporter un volet sur le potentiel de développement de la résistance. En outre, le Programme intégré canadien de la surveillance de la résistance aux antimicrobiens (PICRA) de l’Agence de la santé publique du Canada comprend des volets de surveillance à la ferme, à l’usine de transformation et aux points de vente. Visitez www.phac-aspc. gc.ca/cipars-picra/index-fra.php pour en savoir davantage.
Johnnie Cluff
24
La salubrité des aliments commence à la ferme


































































































   24   25   26   27   28