Page 30 - 2016 DIRT FrenchDec13
P. 30
coMMent établIt-on la sécurIté des produIts à usage agrIcole?
Non seulement est-il interdit d’utiliser des pesticides dont la sécurité n’a pas été évaluée et qui ne sont pas homologués, nous ne voudrions pas le faire. Le Canada a des systèmes d’homologation, de surveillance et de contrôle des plus stricts au monde. Les autorités de réglementation – l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) – s’assurent que les produits sont à la fois efficaces et sécuritaires pour les humaines et l’environnement.
Avant que leur usage soit autorisé dans le système de production alimentaire, les produits antiparasitaires et les médicaments vétérinaires font l’objet d’analyses et d’essais pendant des années afin de démontrer qu’ils sont sécuritaires et efficaces.
L’ARLA, qui est l’organisme de réglementation et de surveillance des pesticides, emploie des centaines de chercheurs indépendants pour passer en revue les données sur la sécurité des produits et analyser tous les produits antiparasitaires avant de les homologuer (visitez www.pmra-arla.gc.ca).
Un processus similaire est en place pour les produits vétérinaires réglementés par Santé Canada ou l’une de ses agences.
•	Les médicaments vétérinaires sont réglementés par la Direction des médicaments vétérinaires, une agence de Santé Canada.
•	Les pesticides pour animaux, comme les plaquettes insecticides d’oreille, les poudres et les produits à pulvériser qui servent à lutter contre les mouches, les puces et les tiques sont réglementés par l’ARLA.
•	Les vaccins vétérinaires et les additifs alimentaires doivent respecter les exigences du Centre canadien des produits biologiques vétérinaires ou la Division des aliments pour animaux, respectivement, deux agences qui relèvent de l’ACIA.
S’ils sont utilisés comme prescrit, les pesticides et médicaments vétérinaires homologués ne sont pas nocifs pour la santé des humains, des animaux et des plantes; au contraire, ils améliorent la santé des plantes et des animaux. La sécurité des produits est extrêmement importante pour tous, et particulièrement pour nous, les agriculteurs, qui manipulons les produits pour traiter nos cultures et nos animaux.
Des chercheurs travaillent continuellement à la mise au point de produits antiparasitaires et de médicaments vétérinaires plus efficaces et plus sécuritaires. Ces nouveaux produits tirent profit des plus récentes découvertes en phytotechnie et en science animale, respectivement. Ils sont bien ciblés, c’est-à-dire qu’ils traitent des problèmes précis. Les pesticides se dégradent en produits inoffensifs dans le sol sans nuire aux cultures ou à l’environnement. Les médicaments vétérinaires sont assujettis à des délais d’attente bien précis qui correspondent à la période nécessaire à l’élimination du médicament de l’organisme de l’animal, afin de supprimer ou de minimiser la possibilité que des résidus entrent dans la chaîne alimentaire.
Après l’homologation d’un médicament, son usage est surveillé par des agences gouvernementales qui effectuent des analyses de détection de résidus pour garantir la sécurité des aliments et de l’eau.
Carley Matheson
Dwane Morik
28	La salubrité des aliments commence à la ferme
Fait intéressant :
Il faut compter de 10 à 13 ans de recherche, de mise au point et d’essais pour introduire un nouveau produit antiparasitaire sur le marché.43	Ce processus nécessite un investissement de 250 000 millions de dollars par produit. Selon le site Web de l’ARLA, il peut être nécessaire de faire plus de 200 types d’études dans trois domaines clés : la santé, l’environnement et l’efficacité.


































































































   28   29   30   31   32