Page 36 - 2016 DIRT FrenchDec13
P. 36
Manitoba Canola growers
PRoFIL D’AgRICuLTeuR
Doug Chorney est un producteur de fruits et légumes de troisième génération. Ses ancêtres étaient déterminés à cultiver la terre de manière durable lorsqu’ils ont émigré au Manitoba il y a 100 ans. Doug espère que ses descendants en feront de même pendant au moins un autre siècle.
Ce qu’il aime le plus de l’agriculture, c’est l’odeur du sol! Il s’explique :
«J’adore la vie d’agriculteur, la terre fraîche et le travail... L’odeur, le»son, ce qu’on ressent dans les champs, c’est très gratifiant.
Il exIste dIfférents types de sols? vraIMent?
Les agriculteurs ont à composer avec divers types de sol qui varient en fonction de l’emplacement de leur ferme. La composition des sols a été influencée par les mouvements des glaciers il y a des milliers d’années. Pendant l’âge de glace, les glaciers broyaient lentement les roches en particules plus fines en se déplaçant vers le sud. Des siècles plus tard, en se retirant, les glaciers ont déposé du sable et du gravier en mélange avec le sol. Ce phénomène, jumelé aux cycles de vie et de décomposition des plantes et des animaux qui se sont répétés pendant des millions d’années, a donné naissance aux différents types de sol.
Le sol peut être divisé en trois couches appelées horizons. La couche arable, c’est-à-dire celle qui est à la surface, est riche en matière organique et pauvre en minéraux. La deuxième couche, appelée sous-sol, a un taux plus élevé d’argile et de minéraux. Finalement, la troisième couche appelée « matériau parental » est composée de roche, de sable ou d’argile et est exempte de matière organique.
Les pédologues ont créé des cartes qui répertorient les différents types de sol du Canada. Sur ces cartes, on y trouve des noms comme « Argile de Brookstone » ou « Sol tourbeux de Staten » qui sont propres à une région particulière. Le type de sol influence le choix des cultures et les pratiques culturales. Bien qu’il soit impossible de changer la texture du sol, certaines pratiques peuvent améliorer la structure du sol.
plans agroenvIronneMentaux
D’un bout à l’autre du Canada, une initiative éducative connue sous le nom de Plan agroenvironnemental (ou Plan de ferme environnemental, selon la province) aide les producteurs à examiner leur exploitation dans le but de cerner les problèmes environnementaux et d’établir des objectifs ainsi qu’un échéancier pour apporter des améliorations. À ce jour, 90 % des agriculteurs de l’Île-du-Prince-Édouard ont élaboré un plan agroenvironnemental52. En Ontario, 70 % des agriculteurs ont participé au programme et, collectivement, ils ont investi plus de 600 millions de dollars depuis 20 ans dans des projets d’amélioration de l’environnement.
qu’est-ce qu’une zone taMpon?
Une zone tampon est une bande herbeuse le long des plans d’eau. Les zones tampons, qu’on appelle également « bandes riveraines », procurent une multitude d’avantages, y compris :
•	le rafraîchissement de la température de l’eau (grâce à l’ombrage), qui est favorable aux espèces de poissons souhaitables
•	la protection de la biodiversité grâce à des habitats riverains plus riches et plus diversifiés
•	la protection des espèces menacées ou vulnérables •	la réduction de l’érosion •	l’accroissement des populations de pollinisateurs
Bon nombre d’agriculteurs installent des clôtures autour des étangs et le long des ruisseaux pour en bloquer l’accès au bétail et utilisent des pompes mues par l’énergie solaire ou éolienne pour donner de l’eau aux bovins, aux moutons et aux chèvres dans les pâturages.
34	Les agriculteurs : des environnementalistes actifs


































































































   34   35   36   37   38