Page 49 - 2016 DIRT FrenchDec13
P. 49
Conclusion :
Les aliments, l’agriculture et l’avenir
en tant qu’agriculteurs, nous nous rappelons le temps où nous achetions des animaux en fonction de leur apparence ou de leur pedigree. nous espérions et priions que les conditions climatiques seraient favorables aux cultures et que les semences étaient de bonne qualité. nous décidions des quantités d’engrais ou de fumier à épandre en discutant avec les voisins.
Faisons le saut à aujourd’hui : de nouvelles technologies accélèrent le rythme des changements, de la ferme à la table. nous apprenons plus que nous le croyions possible au sujet de l’impact de l’agriculture et de son effet sur notre quotidien
.
du poIsson quI sert aux cultures
Mike Meeker élève de la truite sur l’île Manitoulin, en Ontario. Au moment de la mise en marché, une truite pèse entre 2,5 et 3 livres, mais seulement la moitié du poisson est consommée. Autrefois, M. Meeker devait payer pour faire enfouir ses déchets de poissons.
Aujourd’hui, M. Meeker mélange les déchets de poissons avec de la sciure de bois pour produire un compost riche en éléments nutritifs pour gazons, jardins et grandes cultures. Il transforme ainsi 4,5 millions de livres de sous-produits de poissons provenant de sa propre exploitation et d’autres piscicultures du Nord de l’Ontario. Le compost produit est vendu à des paysagistes et à des détaillants comme Home Hardware et Costco.
du bIo quoI?
Mike Meeker
La bioéconomie est l’un des secteurs en croissance au Canada. Des agriculteurs, des transformateurs, des chercheurs et d’autres tentent de mettre au point des produits qui seront moins chers et plus écologiques et qui réduiront notre dépendance envers les ressources non renouvelables.
Par exemple, Leonardo Simon de l’Institute for Nanotechnology de l’Université de Waterloo, met au point des matériaux faits de tiges de blé et de plastique pour créer des pièces d’auto plus légères. Ford utilise ces nouvelles pièces dans ses Ford Flex depuis 2010.
Des chercheurs du Bioproducts Discovery and Development Centre de l’Université de Guelph sont également à la fine pointe du progrès. Ils s’efforcent de mettre au point et de commercialiser une technologie qui peut transformer des végétaux en résines, en polymères et en fibres pour produire des plastiques non dérivés du pétrole. Leurs travaux ont mené à la production de contenants, de pots de fleurs et de mangeoires à oiseaux faits de 25 à 30 % de bioproduits. Ces produits sont actuellement commercialisés par Home Hardware et Canadian Tire.
La vérité au sujet de l’agriculture	47
PRoFIL D’AgRICuLTeuRS
Les acériculteurs gérald Turcotte et Lyse Fortin ont su tirer profit de technologies modernes pour améliorer considérablement une pratique ancestrale. exploitant l’érablière familiale établie en 1960, ils ont été les premiers au nouveau-Brunswick à installer une tubulure par gravité et à se servir de pompes à vide. Leur succès repose sur leur adoption de pratiques innovantes de collecte de la sève, de leur persévérance et leur vision.


































































































   47   48   49   50   51