Page 47 - RealDirtFRE2017(Mar)
P. 47
Cultiver une tomate plus 
verte
Les producteurs qui utilisent des serres cherchent de nouvelles sources d’énergie durables, car leur exploitation consomme beaucoup de chaleur, d’eau et d’électricité. Les générateurs alimentés par le gaz naturel génèrent de l’électricité, mais aussi du dioxyde de carbone (CO2) et de la chaleur. Le CO2 provenant des gaz d’échappement du moteur est puri é et utilisé comme engrais dans la serre grâce à un processus appelé cogénération. La chaleur est également retenue dans des cuves de stockage thermique et utilisée pour chauffer la serre.
Un estomac producteur 
d’électricité?
Certaines fermes disposent de leur propre biodigesteur producteur d’électricité
(aussi connu sous le nom de « digesteur anaérobique »). Ces grandes cuves jouent le rôle d’estomac, dans lequel des éléments organiques (fumier, peaux de fruits et légumes ou déchets provenant du traitement de la nourriture) sont fermentés pour produire du gaz naturel. Ce gaz alimente
un générateur qui produit à son tour de l’électricité.
L’éthanol
L’éthanol est un carburant renouvelable produit à partir de végétaux (généralement du maïs) qui est mélangé à l’essence pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. L’éthanol n’est qu’une manière parmi d’autres d’utiliser les plantes et leurs résidus autrement que pour nourrir les humains et les animaux. Un autre exemple est celui du biodiesel : un carburant de rechange produit à partir de l’huile de soya et mélangé au carburant diesel normal. La canne de maïs (ce qui reste de la plante après la moisson) fait également son apparition sur le marché. Elle est transformée en sucre et contribuera à la fabrication de produits chimiques et de biocarburant végétal.
Laurel Neufeld
Les animaux d’élevage et 
l’environnement
Environ 30 % des terres agricoles canadiennes sont trop pentues, trop rocheuses, trop froides ou trop humides pour être cultivées, mais elles conviennent à l’élevage du bétail. Les animaux convertissent des matières végétales peu énergétiques et indigestes pour les humains en aliments énergétiques et riches en protéines, tout en produisant de la matière organique (du fumier) qui sert à enrichir le sol. Quel programme de recyclage!
Dans les pays qui n’ont pas de surplus de céréales, les aliments pour animaux sont composés principalement d’herbes, de fourrages ou d’autres aliments particuliers. Certains animaux peuvent manger de l’herbe, des grains déclassés, des résidus de culture comme des tiges de maïs, des feuilles et de la paille ainsi que des sous-produits de la transformation alimentaire comme les grains (ou les parties de grains) inutilisables dans la production de céréales pour le petit déjeuner.
Agriculteurs
Pro l
Cordy Cox
En tant qu’exploitants de bovins de boucherie du centre de la Colombie-Britannique, Cordy Cox et Clint Elli doivent faire preuve d’ingéniosité.
Les feux de forêt peuvent recommencer chaque année dans le centre de la Colombie-Britannique. Ces incendies représentent un risque énorme pour les animaux et les entreprises, mais les éleveurs sont généralement prêts à y faire face. Cependant, l’été 2017 a généré un nombre d’incendies sans précédent.
Ils ont ravagé les pâturages sur lesquels comptent les éleveurs pour nourrir leurs troupeaux et ont
également dévasté des kilomètres de clôtures, ainsi que des installations et de l’équipement. Les moyens de communication et de transports étant coupés des zones éloignées, les éleveurs ont eu beaucoup de dif cultés à obtenir l’équipement nécessaire pour tenir leurs animaux et maisons à l’écart du danger.
Cordy, Clint et de nombreux autres éleveurs se sont réunis pour s’entraider pendant cette crise. Une partie
de cette entraide consistait à appuyer leur association provinciale pour qu’elle prépare un protocole avec
les autorités locales. Selon ce dernier, les éleveurs pouvaient se déplacer dans les zones d’évacuation. Ce faisant, de nombreux éleveurs ont pu avoir accès à la nourriture et au carburant nécessaires pour sauver leurs animaux et leurs maisons.
« Les éleveurs connaissent la terre, les vents, où se trouve le bétail et à qui il appartient, déclare Cordy. La communauté est vraiment devenue son propre corps de lutte anti-incendie. »
La vérité au sujet de l’agriculture 47
Cordy Cox et Clint Ellis


































































































   45   46   47   48   49