Page 5 - RealDirtFRE2017(Mar)
P. 5
Quelques données démographiques  — qui cultive nos aliments?
Les images de « La ferme à Mathurin » — l’agriculteur vêtu d’une salopette et armé d’une fourche dans la très populaire comptine pour enfants — sont celles qui viennent à l’esprit de nombreuses personnes lorsqu’on parle des agriculteurs. La réalité est très différente. Voici qui cultive véritablement nos aliments :
• Selon le recensement de 2016, l’agriculteur canadien est âgé de 55
ans en moyenne. Un peu plus de la moitié des agriculteurs canadiens sont âgés d’au moins 55 ans, mais, pour la première fois depuis 1991, le nombre de jeunes agriculteurs (en dessous de 35 ans) a augmenté.12
• 28,7 % des agriculteurs canadiens sont des femmes.
• En 2011, un peu plus de la moitié des agriculteurs avaient une formation postsecondaire.13
• Près de 45 % des agriculteurs canadiens travaillent à l’extérieur de la ferme pour gagner un revenu d’appoint. L’agriculture est une entreprise onéreuse qui comporte de nombreux facteurs de risque. Les sources de revenus stables supplémentaires constituent un  let de sécurité important.14
Joan Craig
Gracieuseté de la FFC Saskatchewan
Dwane Morvik
Portrait de l’agriculteur typique  au Canada
Il serait dif cile de décrire ce qu’est une ferme canadienne ou un ranch, ou encore un fermier ou un grand éleveur. Le Canada est un grand pays qui comprend de nombreux types de fermes, et chacune d’elle est unique. Leur dénominateur commun est l’engagement et le dévouement nécessaires pour s’occuper des terres et du bétail.
Au Canada, l’agriculture se veut encore familiale. De nombreuses exploitations sont transmises d’une génération à l’autre et il n’est pas inhabituel de voir les parents et les grands-parents travailler avec leurs enfants et petits-enfants dans la ferme familiale.
La grande différence par rapport aux générations précédentes est que les fermes sont aujourd’hui plus grandes, et plus d’outils et de technologies existent maintenant pour aider les fermiers à mieux travailler. Les applications des téléphones intelligents peuvent par exemple contrôler la température dans les granges pour assurer que le bétail est à l’aise; les drones aident à trouver les insectes nuisibles et déceler les problèmes de maladies dans un champ de cultures; et les systèmes GPS peuvent aider les fermiers à localiser avec précision où (et en quelle quantité) l’engrais est nécessaire.
Kathie MacDonald
La vérité au sujet de l’agriculture 5


































































































   3   4   5   6   7