Page 51 - RealDirtFRE2017(Mar)
P. 51
Les pollinisateurs, la santé des  abeilles et les pesticides
Le saviez-vous?
En 2016, on comptait 772 652 colonies d’abeilles, soit une augmentation de 37,7 % par rapport à 2011.84
Agriculteurs
Donna Rogers
Les données de Statistique Canada montrent que le nombre d’essaims d’élevage augmente au pays. Mais, au cours des dernières années, un taux de mortalité anormalement élevé a été rapporté dans certaines parties du pays,83 ainsi qu’en Europe et aux États-Unis.
Des experts des quatre coins du monde étudient ce problème complexe pour comprendre les facteurs qui ont un impact sur la santé des abeilles. Par exemple,
les apiculteurs perdent quelques-unes de leurs abeilles chaque hiver à cause des températures froides, l’alimentation inadaptée et la longueur de l’hiver. Au cours des dernières années, un autre facteur clé, un coléoptère parasite, le Varroa destructor, a fait son apparition et s’est avéré un insecte dévastateur pour les abeilles au Canada.
Les néonicotinoïdes ont reçu énormément d’attention. Il s’agit d’une classe d’insecticides conçue pour protéger les cultures contre certains insectes nuisibles. Ils sont utilisés sur les cultures comme le maïs, le soya et le canola, ainsi que sur les colliers antipuces des animaux et dans certains produits d’entretien du jardin.
Dans les cultures, ils sont souvent appliqués directement sur les racines avant l’ensemencement. Cela signi e que les néonicotinoïdes peuvent s’utiliser pour
Pro l
Lee Townsend
Gracieuseté de la Ontario Apple Growers Robyn McCallum
protéger les cultures sans devoir les épandre sur les champs, ce qui aide à réduire le risque d’exposition des insectes utiles, comme les abeilles. Pour encore réduire ce type d’exposition, les agriculteurs ont adopté des pratiques améliorées dans les fermes :
• Utilisation d’un lubri ant au moment de la plantation pour aider les semences
à se déplacer dans les planteurs, pour réduire le risque de dégagement de poussière hors du champ.
• Installation de panneaux antipoussière sur les planteurs pour éviter la diffusion de la poussière.
• Mesures prises lors de la manipulation des semences traitées pour éviter de produire de la poussière.
• Contrôle des conditions climatiques avant de planter les semences traitées pour éviter les conditions sèches et venteuses.
• Plantation de cultures de couverture avec des espèces  orissantes : elles procurent des sources naturelles d’alimentation aux abeilles et aux autres pollinisateurs.
• Maintien des communications avec les apiculteurs des environs.
Lee Townsend est un apiculteur commercial du Comté de Parkland en Alberta. Son père et lui possèdent 3300 colonies d’abeilles destinées à la production de miel. Il travaille avec les abeilles depuis l’âge de 10 ans, mais ce n’est qu’un peu plus tard qu’il a commencé à aimer l’apiculture — assez pour pouvoir en vivre. Aujourd’hui, ils sont leaders dans l’exportation de miel d’abeilles canadien et ils envoient la totalité de leur production en Asie.
« Nous avons toujours adopté la philosophie selon laquelle il faut redonner à la ferme ce qu’on lui prend. Cela concerne non seulement le travail nécessaire pour réussir, mais nous avons également investi beaucoup d’argent dans notre ferme pour nous assurer qu’elle soit la meilleure », déclare Lee.
The Real Dirt on Farming 51
Lee Townsend


































































































   49   50   51   52   53