Page 6 - RealDirtFRE2017(Mar)
P. 6
Anna Haupt
Voici quelques exemples illustrant le fonctionnement des fermes
canadiennes :
• La plupart (97 %) des fermes sont des entreprises familiales. Parfois, plusieurs générations s’y côtoient.
• Certaines sont constituées en corporation, comme le sont de nombreuses entreprises canadiennes. Selon le recensement de l’agriculture de 2016, 22,5 % des fermes canadiennes sont des sociétés familiales (2,7 % seulement ne le sont pas).15 Une corporation est un type de structure d’entreprise pouvant comprendre plusieurs membres de la famille ou des employés rémunérés supplémentaires. Elle ne correspond pas à la taille de l’exploitation. Les fermiers peuvent incorporer leur ferme pour un certain nombre de raisons commerciales, y compris pour plani er la relève des générations futures.
• L’agriculture familiale est la forme principale de production alimentaire dans le monde, à la fois dans les pays en voie de développement et dans les pays plus développés. Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, les exploitations familiales produisent environ 80 pour cent de l’alimentation mondiale.16
Les grandes et petites exploitations
Les fermes canadiennes se présentent
sous toutes les formes et dans toutes les tailles : du petit verger, au petit vignoble, en passant par les grandes fermes céréalières et les grandes exploitations bovines. Leurs caractéristiques environnementales et leur capacité à produire de la nourriture sont également différentes. Par exemple, un
petit lopin de terre peut être très fertile et produire des légumes spécialisés pour un marché de niche de manière rentable. En comparaison, une grande exploitation de 5000 acres située dans un climat plus froid peut être principalement composée d’arbres et de rocaille, mieux adaptée aux animaux de pâturage.
Les agriculteurs ont aussi tendance à se spécialiser dans un domaine particulier
Vue aérienne d’un ranch de bovins de la Saskatchewan
Dwane Morvik
de la production alimentaire, comme les serres, ou le lait. Cette concentration aide à améliorer l’ef cacité et la capacité de chaque agriculteur à apprendre et s’adapter aux dé s survenant dans son champ d’expertise.
Il peut exister une certaine nostalgie autour des fermes d’antan. La conscience environnementale était alors moins importante, la qualité et la quantité de nourriture étaient plus imprévisibles, et
la nourriture venait parfois à manquer à certains moments de l’année. La recherche, l’innovation et l’engagement perpétuel à apprendre continuent de faire progresser le respect de l’environnement et des animaux, tout en améliorant la qualité, la sécurité et l’abondance des aliments.
Le dé  auquel font face les fermes d’aujourd’hui est de nourrir durablement la population canadienne : cultiver assez de nourriture de manières qui sont bonnes pour la population, les animaux et la planète. Toutes les fermes, petites ou grandes, ont un rôle à jouer.
Dans une serre à légumes
6 La vérité au sujet de l’agriculture


































































































   4   5   6   7   8